Journal de rue de Sherbrooke


L’initiative du Journal de rue de Sherbrooke a débuté en 1999 grâce au Groupement d’Insertion Communautaire de la Phase. Le projet s’inscrivait alors dans le cadre d’une problématique face à la mendicité. Il avait pour but d’offrir un soutien aux personnes en rupture sociale, tels que les itinérants, les jeunes vivant des difficultés financières et d’employabilité ou à toute personne étant en situation d’appauvrissement pouvant conduire éventuellement à l’itinérance.

Suite à une formation interrompue en art dramatique, Nancy Mongeau se dirige dans le domaine de la restauration elle a évolué en partant du bas de l’échelle.

Elle profite de l’opportunité  de son congé de maternité pour se rediriger vers sa première passion, le théâtre, en s’impliquant dans un organisme à but non lucratif. Suite à une courte formation en économie sociale, elle débute son implication et son engagement bénévole.

Nancy Mongeau passe la porte  du Journal de rue de l’Estrie en avril 2013. Ayant comme tâches la gestion du journal et du montage, Nancy démontre une grande polyvalence et s’implique rapidement dans tous les volets de l’organisation tout en mettant en pratique l’acquisition de compétences en gestion au fil de ses expériences. Femme de cœur et d’engagement, c’est avec passion qu’elle relève les défis à la direction du Journal de rue de l’Estrie ayant pour mission la lutte à la pauvreté et l’inclusion sociale.

Le Journal de rue de Sherbrooke est, à cette époque, en restructuration de a structure organisationnelle et réfléchie à situer la mission afin de proposer une offre complémentaire aux ressources sherbrookoise. Le média communautaire et inclusif et distribué par les camelots de l’organisation.

Dans les locaux de l’organisme, Nancy me parle avec passion des différents défis rencontrés au fil des ans. « Il a fallu repartir de la base, la notoriété de l’organisme était à reconstruire. »

En juillet 2015, changement de cap important : Les locaux du Journal de rue déménagent à la Chaudronnée de l’Estrie. « Suite à l’insalubrité de l’ancien local, nous avons misé sur la proximité et la similarité de la population desservie par les deux organisations. »

Ce média communautaire offre de la visibilité aux organismes communautaires et implique les citoyens depuis maintenant 20 ans. Il est distribué dans les rues de Sherbrooke et à l’intérieur de certains commerces partenaires par des camelots.

L’implication des gens au Journal de rue de l’Estrie demeure la  plus grande motivation au travail de Nancy. «  C’est un grand réseau composé de personnes merveilleuses (plus de 150 collaborations par année). Quand notre travail consiste à rendre les gens heureux en les impliquant dans un beau projet et à aider ceux qui en ont besoin : comment ne pas être motivé au quotidien ?! »

Vous avez certainement croisé des camelots, sourires au visage avec cet air familier. Leur expérience au Journal de rue de l’Estrie contribue a un cheminement positif vers l’autonomie et la réinsertion sociale et professionnelle. L’équipe de camelots est encadrée et se rencontre afin de déterminer les horaires et assurer l’équité pour chacun.

Le lectorat du Journal peut atteindre 13 500 personnes par édition avec 6 publications annuelles. Les différents organismes et citoyens contribuent principalement au contenu de chacune des éditions. L’abonnement numérique est à venir….

Appel à tous

Le Journal de rue de l’Estrie est toujours à la recherche de nouveaux endroits pour la vente sur le territoire sherbrookois. De plus,  l’équipe mise sur le développement de projets spéciaux avec les organisations et sur la vente d’espaces publicitaires. Cet espace de diffusion bien implanté dans sa communauté est aussi un bel outil de promotion et de visibilité pour les organismes.

Autres articles